HERGÉ

Lot 48
Aller au lot
Estimation :
60000 - 80000 EUR
S'inscrire sur drouot.com
HERGÉ
TINTIN
Les 7 Boules de cristal (T.13), Casterman 1948
Illustration originale, page de titre publiée dans la première édition de l'album, accompagnée de sa mise en couleurs aux encres de couleur de la main de Edgar P. Jacobs. Encre de Chine sur papier
13 × 14,7 cm (5,12 × 5,79 in.)

LE TERRIBLE RASCAR CAPAC
La malédiction de l'Inca Dans le train qui le menait à Moulinsart, Tintin venait d'apprendre en lisant son journal le retour en Europe de l'expédition Sanders-Hardmuth, qui ramenait du Pérou la momie du roi inca Rascar Capac. « Souvenez-vous de Tout-Ankh-Amon, jeune homme !... », lui avait déclaré son compagnon de voyage, qui lisait par-dessus son épaule. L'homme faisait évidemment allusion à la prétendue malédiction qui aurait frappé l'un après l'autre les scientifiques qui, en 1922, avaient participé de près ou de loin à la découverte - donc à la profanation - de la tombe du célèbre pharaon. Publié dans le quotidien Le Soir entre le 16 décembre 1943 et le 3 septembre 1944, interrompu par la libération de Bruxelles et terminé en fin d'année en vue de sa parution en album, le nouveau récit de Hergé s'intitule Les 7 Boules de cristal. L'auteur y enchaîne les effets d'une possible malédiction de ce Rascar Capac, un anathème dont feraient l'objet les sept membres de cette expédition, à savoir le cinéaste Clairmont, le professeur Sanders-Hardmuth, le professeur Laubépin, l'anthropologue Marc Charlet, Monsieur Paul Cantonneau, Monsieur Hornet, conservateur du Musée d'Histoire naturelle et enfin le professeur Hippolyte Bergamotte, qui détient chez lui la fameuse momie. Des attentats dont ces sept personnes sont victimes au cours de l'épisode, les lecteurs n'ont pu découvrir que les circonstances matérielles : de « petites ampoules sphériques » contenant un mystérieux produit ont été lancées vers eux et, en se brisant, les ont plongés dans « une espèce de sommeil léthargique ». Hergé a bien pris soin de ne jamais montrer l'auteur de ces faits, ni même d'esquisser son geste. En variant sa manière de présenter les six premiers attentats et en les exposant dans un récit où, comme toujours, les traits d'humour se mêlent au suspense, l'auteur a fait monter la tension. Et c'est chez le professeur Bergamotte que celle-ci atteint son paroxysme.

[...] Se reporter au catalogue ou au PDF de la vente pour lire la suite du commentaire
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue