André JUILLARD

Lot 7
Aller au lot
Estimation :
8000 - 10000 EUR
Résultat : NC
André JUILLARD
ANDRÉ JUILLARD
LES 7 VIES DE L'ÉPERVIER
La Part du diable (T.6), Glénat 1990
Planche originale n°37. Signée. Encre de Chine sur papier
32,3 × 44,9 cm (12,72 × 17,68 in.)

Là encore, Juillard signe une planche inspirée, mêlant à la fois la solitude d'un personnage, en pleine réflexion, et une scène d'action caracolante et nocturne. Une belle réussite du genre.

« Une planche importante. C'est l'arrivée de Germain dans la famille de Troïl. On sait que Germain est un soudard. Il a violé Ariane alors qu'elle était assez jeunette. Une chose dont il se repentira toute sa vie. Ariane ne l'a pas dénoncé. Sur cette page, j'ai dû beaucoup me documenter et notamment sur le mobilier du XVIIe siècle, qui est assez rustique. En témoigne la chaise sur laquelle se balance Germain, tout en prononçant cette réplique culte : "Nom de dieu, quelle famille !" La séquence se déroule dans un petit manoir d'Auvergne, que je représente en bas de la planche. On sent qu'il appartient à un chevalier pas forcément fortuné. Un petit détail que peu de gens ont noté : l'escalier en colimaçon que j'ai dessiné est à l'envers. C'est un historien qui m'a fait la remarque. Les escaliers en colimaçon étaient conçus pour la défense, or ici, ce sont les gauchers qui seront à l'aise pour dégainer leur épée, et non les droitiers. L'explication est simple : j'ai dessiné cet escalier avec un calque, pour qu'il suive le sens de la lecture. Dans l'avant-dernière case, j'ai pris pas mal de plaisir à dessiner L'Épervier chevauchant à bride abattue dans une ambiance nocturne...» A.J.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue