GIBRAT

Lot 2
Aller au lot
Estimation :
40000 - 50000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 97 500EUR
GIBRAT
JEAN-PIERRE GIBRAT
LE SURSIS
Tome 2, Dupuis 1999
Planche originale n° 54, page de fin. L'ensemble des dessins est fixé sur un fond. La troisième case est apposée par dessus les autres dessins. Signée. Encres acryliques et aquarelle sur papier
35,3 × 43 cm (13,90 × 16,93 in.)

Cette planche en particulier est symbolique de l'histoire du Sursis. C'est la dernière planche de l'album, un chef-d'oeuvre de narration. On voit Cécile qui attend son amant dans la salle des pas perdus de la gare, et ceux qui connaissent l'ouvrage savent quel est le tragique dénouement qui se joue. Dans le parti pris de la narration, la couleur rouge de la petite robe de Cécile joue un rôle. C'est la différence entre l'illustration et la bande dessinée, dans laquelle ces éléments significatifs permettent de tisser le fil de l'histoire. Une pièce unique caractéristique du travail de Gibrat.

« Dans cette ultime page du Sursis, on a, en filigrane, l'explication du titre, dans toute sa dimension douloureuse. J'ai eu à coeur d'essayer de traduire l'angoisse d'une attente inutile sur le visage de Cécile. Sur le plan graphique, on peut s'arrêter sur la petite robe rouge, son rôle prémédité dans l'histoire, rendre Cécile identifiable et repérable au premier coup d'oeil, même en petite silhouette au milieu d'une foule ! Un traceur GPS en quelque sorte. Je voulais m'assurer de son efficacité. C'était juste pour vérifier ! Il était temps c'était la dernière page. » J-P G.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue